Cessons les stéréotypes de genre à l’aide des jeunes!

Résultats de recherche d'images pour « photo non aux étiquettes »

 

Au cours des mois de septembre et octobre derniers, les animateurs de Prima Danse et moi avons eu l’opportunité de visiter 11 écoles à l’est du Québec soit au Bas Saint-Laurent, en Gaspésie ainsi qu’à Sept-îles, et ce grâce au Ministère de la Justice du Québec. Nous avons offert des ateliers de sensibilisation sur les stéréotypes de genre liés à l’homophobie et l’expérience fût incroyable!

 

Pourquoi des ateliers de sensibilisation sur les stéréotypes de genre liés à l’homophobie en régions éloignées?

Ces jeunes n’ont pas nécessairement toutes les ressources requises. En étant éloignés des centres urbains, l’isolement est plus fréquente et les connaissances manquantes sur le sujet accroissent l’homophobie.

Selon la recherche effectuée par CIRAD en 2017, « la recherche sur la situation des personnes LGBT+ en région rurale est rare. » (McCarthy, 2000) En plus,« En règle générale, on évalue que la part de la population autre qu’hétérosexuelle et cisgenre se situe entre 7 et 10 %. En tenant compte de ces proportions, la communauté LGBT+ de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine se situerait entre 6 500 et 9 200 personnes » (Bélanger, Carey, Chamberland, Lépine, 2017)

 

Ainsi, le partage de leurs pensées hors normes de la société est plus difficile. C’est pourquoi, nous, Prima Danse, souhaitions permettre un changement dans cette mentalité et écouter ceux qu’ils en avaient besoin!

 

S’affirmer et s’accepter avant tout!

En discutant avec les élèves, nous avons réalisé une chose. Les stéréotypes sont à la genèse de l’affirmation de soi. Les jeunes sont très préoccupés par leur apparence et l’image dévoilées à autrui. Ainsi, si ces derniers sortent des normes, ils sont facilement jugés

Résultats de recherche d'images pour « le masque social »

 

Notre rôle social

Nous avons une responsabilité dans notre société. Il faut  bien «paraître»! Ainsi, nous portons à tous les jours le masque social. Ce dernier est attribué selon nos tâches à effectuer en tant qu’étudiants,  enfants,  ami (e) s, coéquipiers, etc. Lorsqu’on se réveille le matin, nous portons notre masque afin de se présenter aux autres.

  • On se maquille
  • On sourit 
  • On agit comme il est souhaité

Alors, comment s’empêcher de porter ce masque?

En s’acceptant,  nous respectons notre prochain. Comprendre que la différence crée une société encore plus unique, permet aux jeunes de vouloir briser les stéréotypes et de ne pas se sentir obligés de porter ce masque social !

 

Cessons l’intimidation!

À la fin des ateliers, les jeunes disaient vouloir mettre fin à l’intimidation !

Ce genre d’atelier développe le lien d’appartenance du groupe puisque les participants vivaient des émotions ensemble. Elles étaient sincèrement vécues.  C’était impressionnant à voir! Les jeunes avaient envie de se soutenir et ainsi combattre l’intimidation tous ensemble!

À la suite de ce voyage, j’avais envie de vous partager l’impact des stéréotypes! J’ai appris davantage, et ce à travers notre jeunesse! Pour moi, il est essentiel de briser les stéréotypes afin de vivre dans une société ouverte. Mais, je me demande sincèrement: sommes-nous capable d’éliminer nos préjugés, et ce en tant qu’adulte? 

 

Notre identité est brimée

Au Québec, la diversité de la population est de plus en plus présente.  Notre société accepte davantage la différence que ce soit par la nationalité, la religion, le sexe, le physique ou les orientations sexuelles. Bonne nouvelle!

Or… on peut se dire, entre vous et moi, que notre monde n’est pas encore parfait. Certaines personnes ont toujours de la difficulté à accepter les individus dit « divergents. »  Le jugement se fait sentir. De cette façon, des hommes et des femmes sont brimés dans leur identité, et ne peuvent pas s’affirmer à 100% par peur du jugement et des conséquences qui en suivront.

 

Imaginez donc l’identité des jeunes?

Déjà que leur identité est en développement majeur à cette étape de la vie, imaginez en plus avec les jugements:

  1. Des médias
  2. D’autrui
  3. D’eux-mêmes

Pourquoi, si je suis un homme, je me sens jugé en portant du rose? Pourquoi en tant que femme, les gens me disent pas assez forte pour travailler en construction? Pourquoi? En effet, je me pose la même question. Qui a décidé de ces normes? Quelqu’un connaît la réponse?

Je dois rester dans ce cadre!

En effet, l’évolution naturelle s’est faite. La société a créé des cadres par elle-même pour bâtir un certain « ordre social.» Cependant, celui-ci a été inventé par un seul groupe de personnes : des hommes blancs, hétérosexuels et fortunés de l’époque. Il est facile d’observer qu’il y a un manque par ici! Soit : une diversité de groupes afin d’entendre la parole de tous. Dans ce cas, il s’agit seulement des désirs  et opinions d’un seul groupe qui devient le porte-parole d’une société complète. C’est ainsi que la majorité des stéréotypes ce sont construits.

Notre mission : Déconstruire les stéréotypes! Mais comment?

L’objectif est de briser ces pensées! Et oui, c’est une tâche complexe, j’approuve. Les normes sont ancrées en nous par la société. Ainsi, nous nous sommes demandés : Comment expliquer ce phénomène aux nouvelles générations qui permettront de cesser ces stéréotypes?

 

Voici donc quelques trucs de base dont tout le monde devrait connaître afin de retirer nos préjugés:

  1. Écouter
  2. Objectiviser
  3. Agir selon ses propres expériences/ connaissances
  4. Cesser de généraliser
  5. Vouloir apprendre sur les groupes différents de nous

 

Est-ce que vous réagissez déjà de cette façon?

 

Je peux comprendre que non et c’est normal! Par contre, il faut être conscient de ces points et tenter de les appliquer peu à peu. Nous ne voulons pas être jugé, mais nous jugeons les autres naturellement. Il suffit d’un regard sur l’individu qui semble différent, et le préjugé a été ressenti automatiquement!

 

Personne n’aime être comme tout le monde! Par exemple, moi-même je déteste quand j’entends: « ah vous les femmes vous êtes toutes comme ça… » et moi je réponds immédiatement:  « Non, je ne suis pas comme les autres! » Et à mon avis, chaque personne veut être reconnue pour ce qu’elle est réellement, unique à notre façon. Malgré nos années à se faire dire comment les autres sont et comment nous devons agir, je nous pose finalement cette question:

 

En tant qu’adulte, sommes-nous en mesure de briser les normes et les stéréotypes déjà ancrés en nous?

 


Vous pouvez réserver en ligne les ateliers de sensibilisation offerts par Prima Danse   https://www.primadanse.com/ateliers-pedagogiques-de-sensibilisation-sociale/stereotypes-de-genre/

RÉFÉRENCES:

https://chairehomophobie.uqam.ca/upload/files/fiches-realises/PortraitGasp%C3%A9sieCIRADD2017.pdf

https://www.ledevoir.com/societe/531638/de-plus-en-plus-d-immigrants-en-emploi

Donnez votre avis